fermer

Billeterie
Recherche

Suivez
nous

le forum annuel
TABLES RONDES

OBJECTIF : TRADUIRE LE QUOTIDIEN DES ACTEURS ECONOMIQUES FACE AUX ATTENTES DES CITOYENS

Trois tables rondes d’une durée d'une heure donneront aux acteurs économiques l’occasion de répondre aux attentes citoyennes exprimées lors des débats.

 

3 TABLES RONDES

Animées par

Lucie Campana, Directrice générale de Grand Public est diplômée d’un double cursus histoire et sociologie, clos par un DEA d’histoire contemporaine à l’Université de Paris I – La Sorbonne. Elle a intégré l’agence 2005 où elle s’occupait de la gestion opérationnelle des projets, l’animation de réunions et de groupes de travail, de la préparation et du montage des enquêtes qualitatives audiovisuelles et de l’analyse des contenus. Aujourd’hui Directrice générale, elle s’occupe de la coordination stratégique et du pilotage opérationnel des projets de l’agence. Elle anime de nombreux débats citoyens dans toute la France, sur des sujets très variés tels que les projets urbains, le développement des territoires, la jeunesse, le logement, l’agriculture...

TABLE RONDE 1

Production des aliments : la « faim » justifie-t-elle les moyens ?

  • 9h/10h - Centre de conférences

INTRODUCTION :

Comment produire des aliments de qualité en quantité sans recourir à certaines méthodes de production jugées néfastes par le citoyen ? Comment produire pour tous et assurer une vraie sécurité sanitaire ?

Nous sommes inquiets par certaines pratiques agricoles, utilisation des pesticides, appauvrissement des sols. Nous voulons manger moins d’aliments transformés contenant additifs, conservateurs et colorants. Nous cherchons des produits moins industriels, plus locaux et de saison.

 

La question pour moi, ça serait de comment faire, en quantité, mais aussi en qualité. En fait, avoir une bonne quantité, nourrir tout le monde, rester quand même un acteur mondial et européen, mais en même temps faire de la qualité.

- ANDRE

L’utilisation des produits de synthèse nous a permis d’acquérir une autosuffisance alimentaire. Aujourd’hui nous transformons nos techniques pour répondre aux nouvelles attentes des consommateurs. Temps et investissements sont cependant nécessaires.

Si on veut récolter demain, pour que tout le monde mange, on est obligé de mettre un minimum de produits sur nos cultures. Mais ça fait des années qu’on réduit nos doses, on va vers une agriculture plus vertueuse.

- REMY, VITICULTEUR DANS L'HERAULT

 

SPEAKERS - Table ronde 1

Animée par Lucie Campana

Benjamin MABILLE DE PONCHEVILLE

RESPONSABLE MONDE ECONOMIQUE – WWF

+

Benjamin de Poncheville est Responsable de partenariats au sein du département des relations avec le monde économique du WWF-France. Il a débuté sa carrière dans l’Agroalimentaire en tant que chef de secteur du marché du café et des graines pour la société Sara Lee de 2002 à 2005. Après un tour du monde des pays producteurs de café, il s’engage au sein de l’association de promotion du commerce équitable Max Havelaar France dont il développera le label auprès du tissu industriel et de la grande distribution.
Il a rejoint le WWF France en 2013 afin d’y accroitre l’influence et les relations avec différents marchés de la consommation, depuis le secteur de la distribution en passant par l’agro-alimentaire, le recyclage ou encore les cosmétiques. La transition écologique n’étant plus une option, il engage les entreprises, à travers des partenariats avec le WWF-France à augmenter pour le climat et la biodiversité.

X

Didier LIVIO

DIRIGEANT – L’ATELIER CONSOMMATEUR ET CITOYEN

+

Didier Livio, fondateur en 1981 de la société d’ingénierie Synergence, a été recruté pour diriger le collectif L’Atelier consommateur et citoyen créé par CQLP. Celui-ci emploie 12 spécialistes des questions environnementales, économiques, sociales et de gouvernance, qui réaliseront des audits des entreprises partenaires. Didier Livio, 55 ans, est un spécialiste, depuis 1981, des questions sociales et environnementales, de stratégie de développement durable et de communication. Depuis 1990, année où il publie avec quelques amis du Centre des jeunes dirigeants d’entreprise, un texte qui met à jour le concept « d’Entreprise citoyenne », il est l’un des principaux spécialistes français du développement durable.

X

Emmanuelle PABOLLETA

DIRECTRICE COMMUNICATION ET AFFAIRES PUBLIQUES – UIPP

+

Emmanuelle Pabolleta est diplômée de l’Université Sorbonne Nouvelle, titulaire d’un master 2 en Communication des entreprises et des institutions. Elle était depuis 2007 directrice de la communication et de l’information de la Caisse centrale de la MSA, la Sécurité sociale agricole. A ce poste elle a particulièrement développé des projets de communication relationnelle vers les différentes parties prenantes de l’institution. Elle a également animé le réseau des communicants des 35 caisses MSA en développant des programmes de formation et d’accompagnement spécifiques. Auparavant elle a assuré des fonctions de direction de projets et développement dans plusieurs agences conseil en communication (Beaurepaire, Tagaro-DDB, FCA) spécialisées notamment dans les secteurs de la communication publique territoriale et de la santé.

X

Sébastien ABIS

Directeur - DEMETER

+

Âgé de 37 ans et père d’un enfant, Sébastien Abis est le Directeur du Club DEMETER depuis janvier 2017. Entre activités de coopération internationale, d’animation de réseaux d’entreprises et de recherche, Sébastien Abis développe une expertise sur la géopolitique de l’agriculture, des ruralités et de l’alimentation dans le monde. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages et d’environ 250 articles sur différents sujets et intervient tout au long de l’année à l’occasion de forums, conférences ou assemblées générales.

X

Thierry BAILLET

Agriculteur

+

Thierry Baillet est polyculteur-éleveur (pension de chevaux) à Loos en Gohelle, Hauts-de-France, sur une exploitation de 150 hectares avec sa femme et son fils (pommes de terre, betteraves, carottes, blé, pois…) cultivés pour partie en bio. En 2013, confronté à une image dégradée de l’agriculture, il tourne et publie sa première vidéo pour expliquer la réalité du métier. Aujourd’hui ses nombreuses vidéos et sa chaîne «agriculteur d’aujourd’hui» sont suivies par des dizaines de milliers de « followers » grand public et agriculteurs. Objectif : éclairer, communiquer, former, ouvrir les esprits… Il se lance dans un nouveau projet de livre et reportage vidéo « AgriculteurS », Il veut dépeindre des portraits d’agriculteurs sous toute leurs formes de productions du conventionnel au bio et du nord au sud afin d’expliquer au plus grand nombre la réalité « DES agricultures ». Il suit ainsi ses leitmotivs : « L’agriculture mérite d’être expliquée ».

X

Comment avancer ensemble ?

TABLE RONDE 2

Economie de l’alimentation : quel parti « prix » ?

  • 10h/11h15 - Centre de conférences

INTRODUCTION :

Comment se maintenir dans la compétition internationale tout en garantissant le bien vivre de la filière Agrifood ? Comment garantir la viabilité de nos filières d’excellence ?

Nous voulons des aliments sains, rémunérateurs pour ceux qui les produisent, qui respectent la nature, et qui soient accessibles à tous. Nous voulons savoir d’où viennent nos aliments, comment ils sont produits et ce qui justifie leur prix. Nous voudrions du bio (de la qualité) au prix du conventionnel. Nous voulons de la qualité pour tous.

Ce n’est pas pareil Si on parle de bio français, ou si on parle de bio étranger. Les critères bios d’un autre pays peuvent être bien moins précis, bien moins bons pour notre santé, que du non bio en France. Donc c’est complètement débile d’acheter du bio étranger, dans des pays où on n’a pas du tout de vision sur leurs normes.

- FLORIAN

Nous travaillons déjà sur la traçabilité, les signes de qualité et l’étiquetage avec des normes réglementaires parmi les plus contraignantes au monde. De nombreux pays n’ont pas ce niveau d’exigence et peuvent produire à bas coût. Or produire de qualité a un prix.  

Au Brésil, j’ai vu des fermes d’élevage, mais qui n’ont rien à voir avec ce que vous avez ici. J’ai vu une ferme dans laquelle il ne connaissait pas le nombre d’animaux, ils savaient juste qu’il y avait soixante kilomètres d’auge. Donc vous prenez une auge, entre Charres et Orléans, et vous mettez des vaches d’un bout à l’autre.

- AGRICULTEUR D'EURE ET LOIR

 

SPEAKERS - Table ronde 2

Animée par Lucie Campana

Bruno PARMENTIER

AUTEUR, CONFERENCIER ET CONSULTANT SPÉCIALISÉ DANS LES QUESTIONS AGRICOLES ET ALIMENTAIRES

+

Bruno Parmentier est auteur, conférencier et consultant, spécialisé dans les questions agricoles et alimentaires… Il est à la fois ingénieur et économiste (Ecole des Mines de Paris et Ecole Pratique des Hautes Etudes). Après une carrière effectuée, en France et au Mexique, pour une bonne part dans la presse (Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes) et dans l’édition (Editions La Découverte, Editions du Cerf, Centre National de Documentation Pédagogique), il a dirigé de 2002 à 2011 le Groupe Ecole Supérieure d’Agriculture d’Angers. Il est également auteur de 4 livres.

X

Philippe CHAPUIS

DIRECTEUR DE L’AGROALIMENTAIRE – CREDIT AGRICOLE S.A

+

Directeur de l’Agroalimentaire et Directeur général délégué de Foncaris, chez Crédit Agricole S.A. Philippe Chapuis est Directeur de l’Agroalimentaire et Directeur général délégué de Foncaris, chez Crédit Agricole S.A. Il commence sa carrière en 1982, à l’agence de Sète de la Banque Populaire du Midi en qualité d’attaché commercial (démarcheur au Crédit Agricole). Il passe ensuite six ans, à partir de 1986, dans diverses fonctions commerciales et engagements Grandes Entreprises à la Banque de Neuflize-Schlumberger-Mallet en province et au siège à Paris. Philippe Chapuis intègre le Crédit Agricole en 1992 à la Caisse régionale du Midi en qualité de Directeur de centre d’affaires, dans l’Aude puis dans l’Hérault. Il est nommé en 2000 Directeur des Finances et des Entreprises à la Caisse régionale de Sud-Méditerranée puis intègre la Caisse régionale Sud Rhône Alpes début 2003 en qualité de Directeur Financier, responsable du site de Valence. Philippe Chapuis entre à Crédit Agricole S.A. en 2008 comme Directeur de Marché Entreprises de la Banque de Proximité à l’International, puis rejoint François Moury à la création du Pôle Agriculture et Agroalimentaire début 2012.

X

Philippe GOETZMAN

CONSULTANT EN GRANDE CONSOMMATION ET AGROALIMENTAIRE

+

Philippe Goetzmann est consultant en grande consommation et agroalimentaire. Après Sc-Po, il rejoint Auchan France dont il dirige plusieurs hypermarchés puis la direction de l’offre à sa création. En 2015 il prend la direction des relations institutionnelles d’où il pilote les relations avec les parties-prenantes notamment dans la filière agroalimentaire. Par ailleurs administrateur de Ferme France, membre du Think-Tank Agroalimentaire Les Echos, il fonde en 2019 Philippe Goetzmann &, un cabinet de conseil dédié au changement de modèle de la consommation.

X

Rémi ROCCA

DIRECTEUR ACHATS, QUALITE, LOGISTIQUE ET ENVIRONNEMENT DE MCDONALD’S FRANCE

+

Rémi Rocca est ingénieur en agriculture de formation. En 2006, il intègre McDonald’s France en tant qu’ingénieur Achats-Qualité. Depuis 2015, il est Directeur Achats-Qualité-Logistique-Environnement. Ses valeurs : partenariat de long terme, partage de la valeur et amélioration continue.

X

Comment avancer ensemble ?

 TABLE RONDE 3 

Repères alimentaires : à quel « sain » se vouer !?

  • 11h15/12h30 - Centre de conférences

INTRODUCTION :

Trop de références, pas assez de connaissances en nutrition, en cuisine. Trop de gaspillage, de suremballage. Trop de précarité alimentaire. Les citoyens veulent une alimentation plus éthique, moins spéculative, plus respectueuse de l'environnement, plus directe, plus locale…. Et en même temps, ils disent ne pas avoir le temps d’acheter et de préparer leurs aliments. Et ils ne sont pas prêts à dépenser beaucoup pour bien se nourrir.

Nous ne savons plus cuisiner. Nous ne connaissons plus les produits agricoles (navet, courgette, mais…). Il y a trop d’emballages et de gaspillage.

Nous sommes perdus : profusion de logos, labels, informations sur l’étiquette.

Nous voulons retrouver un rapport à l’alimentation fondé sur la gastronomie française dont nous sommes fiers.

J’aimerais bien qu’on m’aide à réapprendre à cuisiner des recettes toutes simples. Mes élèves aussi ne savent pas cuisiner, on ne sait rien faire alors qu’on nous apprend à faire des trucs très compliqués.

- PROFESSEUR

 

 

On nous demande une alimentation déjà prête, rapide et en portions qui réponde au manque de temps au quotidien et aux nouveaux modes de consommation.

Nous travaillons sur une amélioration de l’étiquetage et une simplification des labels avec l’ensemble des acteurs des filières pour une meilleure lisibilité des informations par les consommateurs.

 

 

Quand, je reçois des classes je suis stupéfaite par la méconnaissance des enfants. Par exemple, il ne savent pas ce qu’est le beurre, mais en plus, ils ne savent pas' faire leurs tartines. Ils ont douze ans, ils n’ont jamais fait une tartine. Je leur dis, mais qu’est-ce que vous mangez le matin ? Bah des biscuits.

- Christine, agricultrice à Bousbecque, sur une ferme de polyculture vaches laitières

SPEAKERS - Table ronde 3

Animée par Lucie Campana

Claude RISAC

DIRECTEUR RELATIONS EXTERIEURES – GROUPE CASINO

+

Directeur relations extérieures du Groupe Casino depuis 2007, Claude RISAC est également membre du Bureau et trésorier de la Fédération du Commerce et de la Distribution et Président du Conseil de développement de Saint-Etienne Métropole. Il a été avant cela Directeur général de l’interprofession du secteur sucrier français, ou encore Directeur de la communication, puis des affaires publiques du Groupe Pernod Ricard, après avoir été au Cabinet à Radio France.

X

Pascale HEBEL

DIRECTRICE DU DEPARTEMENT « CONSOMMATION » - CREDOC

+

Economiste, spécialisée dans l’anticipation du comportement des consommateurs, au CREDOC (Centre de Recherche pour l’Etude et l’Observation des Conditions de Vie). Elle est actuellement spécialisée dans le domaine des comportements alimentaires et intervient au cours de manifestations liées à la prévention nutrition-santé.

X

Sylvain LAMBERT

PARTNER STRATEGY - PWC

+

Sylvain Lambert, Associé, co-fondateur du Département Développement Durable de PwC en 1994. Depuis plus de 25 ans, Sylvain est un expert des questions de développement durable, en particulier dans la prise en compte de ces questions dans les stratégies des entreprises et dans les politiques des grands investisseurs nationaux et internationaux.
Il intervient depuis plus de 20 ans auprès d’acteurs de la grande distribution et de sociétés de toutes tailles dans l’univers agro-alimentaire.
Sylvain est Vice-Président de l’Observatoire de la Responsabilité Sociale des Entreprises (ORSE), membre du Comité de Pilotage de la Commission RSE de France Invest et membre du Comité de Haut Niveau pour la mise en Place des ODD (Objectifs du Développement Durable) auprès du Président de la République.

X

Xavier BOIDEVEZI

VICE-PRESIDENT DIGITAL FACTORY – GROUPE SEB

+

Xavier Boidevézi, Vice-Président Digital Factory du Groupe SEB et Secrétaire National du réseau thématique FoodTech, a la responsabilité du développement stratégique d’un écosystème (produits, services, partenaires) culinaire digital au sein du Groupe SEB qu’il a rejoint en 2011 pour lancer Cookeo puis Cookeo Connect, un des premiers produits connectés de la cuisine. Avant de rejoindre le Groupe SEB, il a passé 13 ans au sein du Groupe Danone où il a été successivement chef de produit, chef de groupe et directeur marketing, d’abord en Allemagne puis en Arabie Saoudite, en France et au Vietnam. Diplômé de l’ESSCA, il est également auditeur jeune de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (IHEDN) et Conseiller du Commerce Extérieur de la France (CCEF). Passionné de cuisine, il est titulaire d’un CAP Cuisine et d’un CAP Pâtisserie.

X

Comment avancer ensemble ?